4 représentantes féminines d’agences immobilières membres du MLS Côte d’Azur nous font partager leur expérience.
Christine Beyl de l’agence Orpi Couzon à Cagnes-sur-Mer, Denise Alata de l’agence Orpi Hélios à Nice, Virginie Ryckaert de l’agence Century 21 Victoire à Nice, et Cécile Pruneau de l’agence Cimiez Boulevard à Nice : paroles de pros au féminin.

Intégrer le MLS

« Lorsque j’ai créé mon agence, mon équipe a souhaité intégrer le MLS, raconte Virginie. Personnellement, je n’étais pas pour. Parce que j’ai reçu une formation qui n’intégrait pas cette démarche, et aussi par crainte de mauvaises expériences de la collaboration inter agences. Dans les faits, cela s’est révélé un atout considérable et un vrai « plus » pour le vendeur. »

Une aide à la prise de mandats exclusifs

À l’objection du client vendeur :  » Mon bien va être bloqué durant six mois dans une seule et unique agence « , Virginie répond:  » Je vais vous écouter, étudier votre bien, l’évaluer, constituer son dossier administratif complet et publier l’offre valorisant votre bien avec de belles photos. Nous allons établir une relation privilégiée et travailler en symbiose. Et, sans avoir à multiplier ces démarches, vous aurez votre bien diffusé auprès de 460 agences azuréennes, dont 250 agences sur Nice qui comptent 700 collaborateurs… Avec une sécurité énorme : votre bien sera présenté toujours de la même façon qualitative, au même prix. « 

Une aide à la juste évaluation du bien

La juste évaluation du bien par rapport au marché constitue une nécessité et une évidence pour qui veut vendre rapidement un bien.  » Avec la base de données du MLS, qui comporte toutes les ventes réalisées au sein du MLS, nous disposons d’un outil formidable d’évaluation, apprécie Denise, adepte de longue date du MLS. L’étude comparative est une mine d’or, particulièrement précieuse pour les agences qui ne font pas partie d’un réseau. « 

 Le mandat exclusif progresse et le marché s’assainit

 » Le système qualitatif induit par le MLS, notamment en termes de valorisation du bien et de services offerts aux clients, réussit progressivement à faire évoluer l’idée du mandat exclusif auprès des vendeurs », constate Denise. Confirmation de Christine, autre adepte de longue date du MLS.  » Avec le développement du mandat exclusif multi-diffusé, le métier s’est assaini. Aujourd’hui, l’immense majorité des ventes en collaboration se passent très bien. « 

Fidéliser l’acquéreur potentiel

Pourquoi un agent immobilier, qui fait l’effort de convaincre un client de lui confier son bien sous mandat exclusif à un juste prix, a-t-il intérêt à partager son mandat – en dehors du fait qu’il s’agit d’une obligation incontournable dans le système MLS ? Cécile, agent commercial qui vient tout juste d’intégrer une agence MLS niçoise, répond :  » Quand un acquéreur potentiel nous sollicite, il ne faut pas le perdre. Si les biens sous mandats pris par l’agence ne correspondent pas à sa recherche, je ne suis pas sure de le revoir. Avec le MLS, je dispose de l’offre de 250 agences niçoises. Il y a de quoi faire pour établir le contact, aller plus loin dans la découverte du client. Et le flux quotidien des rentrées de mandat permet de fidéliser l’acquéreur potentiel. C’est un outil extra. »